Les octosyllabes et les ennéasyllabes lorraines

 

 

Un léger bruissement de feuilles

L'herbe frémit sous ses petits pas

Une branche ploya sous l’écureuil

Un léger trèfle exquis s'affaissa

Le vent s'engouffra dans les feuillus

Un mouton picora la verdure

Un grand cèdre prestement mourut

Le mince agneau broya la sciure

Un résinifère étendu

Une nuée d'animaux suivit

L'arbre tout contre la maison

Une magnifique vue depuis

Un perron de l'habitation

La demeure surplombait le pré

Une ouverture laissait entrer

Un imperceptible souffle de vent

Le jardin qui toujours l'entourant

Un fin chemin longeant le domaine

Une poule près de la fontaine

Les infimes nouveau-nés jaunes

Un nid remplit de toute la faune

Un généreux vent sifflait dans

Un bois à l'arrière-plan se trouvant

Les trèfles goûtés par les brebis

Une branche ne fut plus que débris

Un responsable qu'est l’écureuil

Un léger bruissement de feuilles